Moriarty + Mi Alma

28 mars 2009
20 h 00 min

Mi Alma était l’ invité du groupe Moriarty pour une soirée « Carte Blanche » lors du festival Chorus des Hauts de Seine.

Brouilleurs de piste confirmés, les cinq acolytes de Moriarty ont poursuivi leur petite révolution acoustique et pacifique au Magic Mirror lors d’une soirée de clôture exceptionnelle.

Ils avaient invité des artistes qu’ils apprécient pour chanter leurs rencontres aux frontières lointaines de leur vaste imaginaire. Une collection de sons et de petites histoires sorties de valises jaunies par le temps et trimbalées dans des terres inexplorés.
Une diligence bondée partie un soir de la Défense pour nous emmener aux confins de Moriartyland.

Soirée de clôture : un effet bœuf

Pour le dernier concert de ce 21e Chorus, Moriarty avait carte blanche. Le groupe a partagé la scène, ses titres et ceux des autres avec plusieurs artistes.

 » En chauffeuse de salle, Carmen Maria Vega est parfaite. Entre son contrebassiste et son guitariste, du haut de ses 1m60, avec son pantalon écossais assorti à son rouge à lèvres, elle a secoué, bousculé le Magic mirror qui ne s’attendait pas à voir débarqué cette petite tornade. Comme à son habitude, la gagnante du Tremplin de la chanson édition 2008, s’est mis le public dans la poche en un clin d’œil avec sa gouaille inimitable. Rien que la première partie, ça valait déjà le détour.
La suite est plus difficile à décrire. Un an après leur passage à Chorus pour un des concerts gratuits du midi, les cinq acolytes de Moriarty étaient de retour pour clôturer le festival. Ils ont profité de la carte blanche qui leur était offerte pour inviter sur scène d’autres groupes proches de leur univers musical. Don Cavalli avec qui ils ont repris Love is strange et partagé leur tube Jimmy, The Love bandits, groupe dont le chanteur est aussi le batteur (fait rare) et joue debout, ou encore Son of Dave pour ne citer qu’eux. Le bœuf entre copains a duré plus de deux heures, avec au programme, rock, blues, country…Les harmonicistes et les guitaristes tenant le haut de l’affiche.
Pour ceux qui ne devaient pas courir après le dernier métro ou le dernier RER, la fête s’est prolongée après le concert. Le Magic mirror était transformé en dancefloor avec DJ aux platines. Ça valait bien le coup de payer le parking. »

Festival Chorus des Hauts de Seine

moriarty

Moriarty au Magic Mirror

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

  • Prochains concerts

    • Pas d'événement.